Your browser does not support JavaScript!

À Agen, le numérique est au service de la démocratie

Plaine baignée par le soleil et dominée par l’Hermitage, son église, sa Vierge et ses grottes troglodytes, la ville d’Agen rassemble 34 000 habitants. D’abord organisée autour de son fleuve, la Garonne, elle s’est ensuite tournée vers l’agriculture, et notamment la production de pruneau. Ce seraient les moines de l’abbaye de Clairac, en Lot-et-Garonne, qui au XIIIe siècle auraient constaté que le séchage au soleil de ces fruits leur permettait de les conserver toute l’année. Le pruneau d’Agen était né ! Mais la cité occitane ne serait pas ce qu’elle est sans le culte qu’elle voue à son équipe de rugby, le Sporting Union Agen Lot-et-Garonne.

Des cultures, du sport, et… du numérique, que les [email protected] sont de nouveau venus récompenser en 2019, pour le plus grand plaisir des Agenais qui évoluent dans cet environnement chaleureux.

La démocratie au cœur de la politique numérique

L’expérience de la municipalité d’Agen, et de son maire Jean Dionis du Séjour en particulier, a démontré que l’expertise de terrain des conseils de quartier permet de répondre au mieux aux préoccupations de la vie quotidienne des citoyens : stationnement, propreté, voirie, sécurité, amélioration du cadre de vie, gestion du mobilier urbain… Ainsi, l’engagement N° 66 du projet de mandat 2014-2020 visait à conforter les 23 « quartiers villages », avec une nouveauté ! En effet, dorénavant, les quartiers volontaires pouvaient participer à une démarche de réseau « voisins bienveillants » pour apporter un soutien aux plus fragiles (personnes âgées…) ou instaurer un système d’échanges de services entre habitants, notamment avec l’ouverture de l’Accorderie agenaise, système de partage de services avec comme monnaie  : le temps : 1 heure de service rendu = 1 heure de service reçu. Le site Internet de la ville d’Agen constitue dès lors le support privilégié de communication et d’échanges des conseils de quartier. Une section entière du site intitulée «  Mon quartier » leur est consacrée. Vingt-trois pages sont dédiées à chacun des conseils de quartier, on y retrouve leur actualité et leurs agendas. De même, un système d’information géographique permet de suivre en temps réel l’avancement des projets retenus dans le cadre des contrats de quartier. Résultat ? Une bonne diffusion des informations et des projets portés par les 23 conseils de quartiers et une appropriation croissante de l’outil Internet comme un système d’échange et de partage.

La vie des quartiers au fond de la poche

Avec le service « Vie des Quartiers », la Ville d’Agen a mis en service une application citoyenne.Disponible sur smartphone, ce dispositif permet aux citoyens de signaler des dysfonctionnements (voirie, éclairage…), mais aussi de suggérer des idées ou des actions. Ainsi, l’outil numérique facilite la communication de l’information et oblige les services municipaux à être plus réactifs et plus proches des attentes des habitants.Par le biais de cette application simple et ergonomique, un citoyen qui désire remonter un renseignement peut utiliser son téléphone ou un navigateur pour qualifier et envoyer les données (photo, commentaires…). C’est le service « Vie des Quartiers » qui est modérateur des demandes qui sont validées puis transmises aux services correspondants par l’intermédiaire d’un « back-office ». Enfin, le contributeur est averti du traitement de sa requête, la mairie pouvant publier des notifications.

Grâce à l’ensemble de ces outils, les Agenais et Agenaises qui le souhaitent sont en mesure de coopérer chaque jour à l’évolution de leur ville.

 

 


Vous déployez également des outils de participation citoyenne ? Faites-le savoir en postulant au label « Territoires, villes et villages Internet » dont les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 15 octobre 2019

 

Participer au label

 

 

Par Anna Mélin