Your browser does not support JavaScript!

Des doctorants Au chevet des territoires innovants

Publié le 22 juillet 2017

La Comue parisienne heSam Université (hautes écoles Sorbonne arts et métiers) a lancé, le 24 mai, au Sénat, un projet intitulé « 1.000 doctorants pour les collectivités territoriales et les acteurs publics ». Son plan d’action vise un double objectif : faciliter l’insertion professionnelle des doctorants et « favoriser la recherche appliquée aux dynamiques territoriales innovantes ». Il s’étale sur 5 ans, soit une moyenne de 200 doctorants par an, sur la France entière.

Premier temps : sensibilisation. Second temps : mise en relation

Les premières années seront surtout concentrées sur Ia mise en œuvre d’un programme de sensibilisation au dispositif Cifre auprès des collectivités territoriales (et, plus largement, de toutes structures « agissant dans le cadre d’une mission publique et sociétale »). heSam Université est bien consciente que « les besoins des collectivités territoriales sont particuliers », au sens où « quotidiennement, celles-ci doivent répondre à des problématiques à forts enjeux sociétaux, sur des sujets à dimension humaine tels que l’urbanisme, l’écologie, les services à la personne, les mobilités, le tourisme, les finances publiques, etc. ».
La montée en puissance du projet interviendra dans un second temps avec la mise en ligne d’une plateforme numérique de mise en relation des collectivités employeurs éligibles au Cifre, des futurs doctorants et des laboratoires de recherche. Les offres du Cifre, préalablement identifiées par heSam et ses partenaires, seront publiées et proposées aux étudiants. 
HeSam Université assure que la plateforme sera « prochainement mise en ligne ». En attendant, les collectivités intéressées peuvent se manifester à l’adresse [email protected] Toutes ont leur chance. « Nous n’avons pas de profil type en tête, ni de poste-type », assure-t-on à heSam Université, « il n’y a pas non plus de critères plus ambitieux que celui d’être éligible aux Cifres ».

Le CNFPT, partenaire du projet

Pour cette démarche, la comue s’est associée au CNFPT et à l’ADCIFRE SHS, Association des doctorants Cifre en sciences humaines et sociale présidée par Chloé Bour (notre photo), doctorante Cifre en socio-anthropologie accueillie au sein de l’établissement public de coopération culturelle « La fabrique de patrimoines en Normandie », basée à Caen. 
Ses autres partenaires sont l’ANRT (Association nationale de la recherche et de la technologie) et l’ABG (Association Bernard Gregory, dont l’objet est de rapprocher les mondes économique et académique). Le projet a été retenu, en mars dernier, dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) « Soutien à l’insertion professionnelle des diplômés en sciences humaines » et recevra à ce titre un soutien du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche équivalent à deux postes pour une durée d’un an. 
Pour rappel, le dispositif Cifre (conventions industrielles de formation par la recherche) subventionne toute entreprise, installée sur le territoire français, association ou collectivité territoriale, qui embauche un doctorant pour le placer au cœur d’une collaboration de recherche avec un laboratoire public.

Source : Localtis

Par Florence Durand-Tornare