Your browser does not support JavaScript!

Forum des collectivités locales : intervention de Florence Durand-Tornare

Publié le 10 novembre 2017

 

 

Florence Durand Tornare FDT photo HD.jpg

 

À l’occasion du forum numérique des collectivités locales (lire article) qui se tiendra à Paris le 16 novembre prochain, Florence Durand-Tornare, fondatrice de Villes Internet, nous parle des priorités à aborder :

 

D’ici 2022, le gouvernement ambitionne 100% d’e-administration mais où en sont les collectivités territoriales sur le sujet ? 

«  Les inégalités de connexion sont encore trop grandes et handicapent l’accès aux droits et aux démarches dans trop de quartiers, y compris dans de grandes métropoles, et dans trop de bassin de vie ruraux. Il est prioritaire de connecter toutes les mairies et toutes les écoles de France. Quand cette connexion fonctionne, reste une inégalité d’accès aux services fondamentaux les plus indispensables aux habitants. Les plateformes de proximité, départementales par exemple pour les services sociaux, doivent se déployer harmonieusement pour assurer l’égalité et la continuité de ces services essentiels. »

 

Qu’en est-il de la dématérialisation des services ?

«  La dématérialisation des services est engagée dans de nombreuses collectivités, trop peu en profite pour transversaliser les processus et aplanir les silos souvent trop fermés. Par exemple, un processus d’inscription en ligne pour l’usager peut servir pour plusieurs types d’inscriptions : cantines scolaires, activités sportives… »

 

Qu’en est-il de la nouvelle obligation « open data » pour les villes de plus de 3500 habitants ?

 Il est plus explicite de parler d’ouverture des données publiques. Je pense que s’occuper d’harmoniser les données dans un territoire est essentiel. En premier lieu pour les agents territoriaux eux mêmes qui peinent souvent à réaliser des analyses sur les services publics pour lesquels ils travaillent. La gestion des déchets, la circulation, l’état de la voirie, autant de données qu’il faut organiser, actualiser et rendre accessibles. Certaines données devraient être ouvertes en priorité à la population, je pense aux données des débats publics. C’est un devoir posé par la loi de fournir les informations complexes sur les sujets concernant  directement l’intérêt général et la vie publique.

 

On parle beaucoup de smartcity, est-ce que la formule a réellement un sens et est-ce que le gouffre ne risque pas de se creuser avec le rural ?

« Smarcity est un programme industriel qui suit un modèle particulier visant à créer une « datapolis » une ville chiffrée, pilotée, et souvent commercialisée. C’est une part de la modernité des grandes zones urbaines. La ville partagée, territorialisée, démocratisée, est une priorité absolue pour assurer sa viabilité. Les services publics à portée de main, la gestion partagée avec les habitants de l’espace public, l’utilisation et l’enrichissement des biens publics sont le socle de la citoyenneté active et donc de la démocratie locale. Le numérique, en ce qu’il est le meilleur outil de maillage,  doit être utilisé pour cela avant tout.

Nous en saurons plus dès la parution du rapport d’Akim Oural, présenté au ministre des affaires étrangères en décembre qui traite du sur modèle français de la ville intelligente. »

Pour en savoir plus sur le forum des collectivités locales : lire article

Par Clémence Priou