Your browser does not support JavaScript!

3 questions à Denis Thuriot, Président de Nevers Agglomération

Publié le 3 juin 2021 Assocations d'élu

Dans le cadre du partenariat entre Villes Internet et Villes de France, une interview de Denis Thuriot, Président de Nevers Agglomération et Président du groupe de travail numérique de l’association Villes de France, est publiée dans le Courrier de l’Internet Citoyen en annonce de la publication de l’enquête commune sur la gestion de crise et le numérique, de la signature d’une nouvelle convention de partenariat et du Congrès de Villes de France.

 

  • La preuve d’un partenariat dynamique et vivant réside dans sa réactivité face à l’actualité. En l’occurrence, alors que la crise sanitaire n’est pas encore dernière nous, Villes de France et Villes Internet ont très tôt décidé de mettre leurs compétences et leurs réseaux en commun pour aider les collectivités qu’elles représentent. C’est ainsi qu’est née la grande enquête sur la gestion de crise lancée en décembre 2020. Pouvez-vous nous en dire plus ?


Villes de France et Villes Internet sont deux associations qui partagent l’ambition d’accompagner les villes et leurs intercommunalités au quotidien, notamment dans leurs politiques numériques. Cela exige toujours une réactivité à l’actualité, les technologies évoluant sur des temps courts, réactivité renforcée en temps de crise. Notre partenariat est riche et vivant, source d’outils pour les collectivités comme l’a montrée par exemple notre publication commune avec Orange et Veolia « En route vers des villes plus intelligentes », à l’heure où les projets de ville intelligente se multipliaient dans les villes moyennes.

La pandémie que nous traversons joue le rôle d’un révélateur puissant de la place du numérique dans notre société. Alors que le virus se répandait dans les territoires, le numérique devenait le support des différents pans de la vie dans les territoires : télétravail, continuité des services publics, numérisation des commerces, maintien du lien social, communication, école numérique… Dans le même temps, les difficultés que cet outil pose se montraient criantes avec la multiplication des cyberattaques et le renforcement des inégalités que provoque l’illectronisme.

L’enjeu de la collaboration de fond entre Villes de France et Villes Internet avec la grande enquête sur la gestion de crise et la publication qui en découlera est d’analyser la manière dont les villes moyennes et leurs intercommunalités se sont saisies du numérique dans ce contexte. Notre publication commune fera la synthèse de l’enquête, donnera des clés de compréhension plus globales, des points d’attention et des bonnes pratiques dont s’inspirer.

 

  • D’une manière générale, Villes de France se donne pour ambition de contribuer à l’émergence d’un nouvel équilibre territorial. Quelle place le numérique prend-il dans cette construction ?

 

Villes de France œuvre à mettre en lumière l’attractivité des villes moyennes entre grandes villes et territoires ruraux. Le baromètre de notre association publié en août 2020 en partenariat avec l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires et la Banque des Territoires révèle ainsi que près d’un quart des actifs habitants des grandes villes (de plus de 100 000 habitants) envisagent de déménager de leur logement actuel. Les villes moyennes bénéficient du boom du télétravail car la qualité de vie qu’elles offrent est reconnue.

Environnement de qualité, vie culturelle et sportive, centre-ville en redynamisation avec le programme Action Cœur de Ville, autant d’atouts que viennent renforcer lorsqu’elles sont assurées une bonne couverture numérique et en réseau de transports. Tous ces enjeux d’attractivité seront évoqués lors du Congrès de Villes de France qui se tiendra les 8 et 9 juillet à Blois et aura pour thème « Les Villes de France entre crises et opportunités ».

Le numérique joue un rôle majeur en termes d’attractivité, de mutation des pratiques démocratiques mais aussi de développement économique et de cohésion sociale. A titre d’exemple, l’agglomération de Nevers met à disposition des tiers-lieux pour accueillir des jeunes entreprises et met en avant sa proximité en transports avec Paris. Mon territoire ambitionne de devenir un territoire de référence dans le domaine des drones. Autre exemple : Saint-Quentin qui se spécialise dans la robotique ou encore Angoulême dans l’imagerie numérique.

 

  • Cela fait 7 ans que Villes de France et Villes Internet ont noué ce partenariat. Quels sont selon vous les enjeux communs des prochains mois ?

 

Nos deux associations évoluent au gré des mutations territoriales et notre partenariat est précieux pour apporter des réponses aux défis de la ville de demain. A la sortie progressive de la crise sanitaire que nous appelons de nos vœux se couplera la relance économique de nos territoires et le numérique aura tout son rôle à jouer avec les enseignements de la gestion de crise et avec les opportunités de France Relance. Le premier enjeu commun dont nos associations pourront se saisir conjointement est la mutualisation et l’innovation. Notre publication sur la gestion de crise témoigne des opportunités d’innovation et de partage de bonnes pratiques. Plus largement, les politiques numériques gagnent à être mutualisées entre ville et intercommunalité par exemple mais parfois indépendamment des frontières géographiques. C’est la démarche de Nevers avec le Sommet international de l’innovation dans les villes médianes (SIIVIM) que nous organisons avec Schawinigan au Québec. Ensuite, deux thématiques se renforcent pour un numérique responsable : la cybersécurité et la transition écologique. Enfin, nos collectivités ne peuvent mettre en œuvre des stratégies numériques efficaces qu’en incluant la population donc l’inclusion numérique demeure une problématique prioritaire à traiter.

Par Anna Mélin