Your browser does not support JavaScript!

Franck Le Henoff : « Il faut sortir du clivage : le numérique est-il bon pour les enfants ?  et entrer dans une spirale positive »

Publié le 15 avril 2022 Education

Franck Le Henoff est adjoint au maire de Dijon, délégué à l’éducation et à la restauration scolaire bio et locale, il est membre du groupe de travail “numérique éducatif” de Villes Internet.

Quelle est votre vision du numérique éducatif ?

Élu depuis seulement un an et demi, j’ai pris le train du groupe de travail numérique éducatif en marche.  Le fil conducteur de ma vision du numérique citoyen est l’approche horizontale, sans connotation. De ce point de vue, nous assistons actuellement à un changement de culture pour mieux associer les élu·es locaux. C’est un bon signe. 

Nous avons besoin d’une politique de lien entre le ministère et les collectivités locales. Entre les territoires urbains, péri-urbains, ruraux, très ruraux il y a de grosses différences : les équipements, l’accès et les usages, comment fait-on culture commune ?

La feuille de route du ministère trace-t-elle le bon chemin pour le numérique éducatif ?

Je porte un regard positif sur cette feuille de route car nous réfléchissons à moyen et à long terme. Avec l’expérimentation sur les territoires numérique éducatif, les appels à projets sur les équipements, la nouvelle phase du groupe de travail avec le ministère va pouvoir développer une réflexion prospective. Les collectivités sont associées, ce qui enrichit les discussions et inclut toutes les catégories de collectivités. 

Nous développons une culture commune à travers ce groupe de travail, avec des usages communs voire des outils communs.

Cette feuille de route obtient-elle déjà des résultats sur le terrain ?

Nous en sommes au début. L’idée d’avoir des expérimentations permet d’avoir des retours rapides. J’y suis très favorable. Il faut veiller à ce que l’expérimentation ne soit pas trop longue, l’avancée technologique va très vite et si l’expérimentation dure trop longtemps elle devient désuète. 

Comment cela se matérialise-t-il sur votre territoire ?

L’ensemble des agents qui sont dans des fonctions d’accueil du public de la ville de Dijon ont bénéficié d’une formation à l’accompagnement au numérique. 

Le dernier volet de notre plan du numérique éducatif est de travailler avec les cités éducatives sur l’accompagnement des parents au numérique. Il s’agit de travailler la relation parents-enfants avec le numérique. Ce sujet existait avant le covid, il en a été l’accélérateur. L’idée est de développer le lien parent-enfant à travers le numérique en travaillant sur un registre positif. Aujourd’hui, la communication autour des écrans est très négative. Nous allons travailler cette dimension avec Fréquence École qui a une approche très positive sur la question. Pour illustrer ce sujet, dans les transports en commun tout le monde regarde son téléphone et tout le monde râle parce que les gens ne se parlent plus. Fréquence École a ressorti des images des personnes dans les transports dans les dernières décennies, elles lisaient le journal et ne se parlaient pas davantage. 

La réflexion portera également sur les enfants scolarisés en maternelle. Comment les enseignant·es sont-ils à l’aise avec le numérique ? Il faut sortir du clivage : le numérique est-il bon pour les enfants ?  et entrer dans une spirale positive. 

Crédit photo : © Jonas Jacquel – Ville de Dijon


📌 Lire aussi l’entretien avec Emmanuel Allard, maire d’Allone, vice-président de la communauté de communes Parthenay-Gâtine, membre du groupe de travail « Numérique éducatif » de Villes Internet.
💬 « Le groupe de travail « numérique éducatif » nous a permis d’établir un canal d’échange direct avec le ministère de l’éducation nationale, c’est très précieux »

📌 Lire aussi l’entretien avec Loïc Damiani, adjoint au maire de Fontenay-sous-Bois (94), délégué aux retraités, à la ville numérique et aux anciens combattants, membre du groupe de travail « Numérique éducatif » de Villes Internet.
💬 « L’éducation nationale et les collectivités doivent travailler ensemble pour ne pas prendre 20 ans de retard sur l’évolution de la société »

Par Anna Mélin