Your browser does not support JavaScript!

Bras-sur-Meuse, un territoire rural connecté pour le plaisir de ses habitants

Bras-sur-Meuse : son lavoir, ses jardins, son Numéripôle...

Traversé sur toute sa longueur par la voie romaine d’ordre inférieur de Verdun à Mouzon, venant de Belleville et se rendant à Vacherauville, le territoire de Bras apparaît pour la première fois en 893 dans le mémorial de Dadon. Proche de Verdun, Bras-sur-Meuse a souffert des invasions et des guerres visant la ville fortifiée. Mais cette époque est révolue. Fort de ses 750 habitants, le village meusien est résolument tourné vers l’avenir et… le numérique, comme en témoigne sa devise « Village connecté à l’avenir ». Une démarche récompensée par les @@@@@ obtenus lors de la dernière cérémonie de remise du label Villes, villages et territoires Internet en janvier 2019.

Le numérique, une chance pour les territoires ruraux

Les habitants de Bras-sur-Meuse vous le diront, pouvoir profiter des avantages de la ruralité tout en bénéficiant de tous les outils numériques qui n’ont rien à envier aux grandes villes est une vraie chance. Une chance rendue possible par la ferme volonté de la municipalité d’inscrire le territoire dans une dynamique Internet et collaborative.

En effet, pour le maire du village, Julien Didry, « le numérique est une vraie chance pour les territoires ruraux ». Et les actes ont suivi les mots. La commune a donc créé le Numéripôle, espace public numérique. Les services qui y sont proposés sont dignes des grandes mégalopoles.

La commune a ainsi permis à une douzaine d’entreprises de s’installer dans un espace collaboratif de travail partagé. C’est un espace hébergeant des télétravailleurs salariés ou indépendants. Ils y trouvent au minimum un bureau privatif à louer ; des équipements partagés et des services. Il peut utilement servir de lieu de travail pour des personnes habitant à proximité́ et dont l’employeur est éloigné, de bureaux pour des sociétés spécialisées dans le numérique (e-commerce, etc.). Ces dispositifs offrent la possibilité de maintenir un lien social (contrairement à l’isolement dont peut souffrir un télétravailleur à domicile) en les regroupant dans un même lieu.

Un concept qui permet également aux jeunes originaires du territoire de revenir s’y installer. Aujourd’hui, ceux qui ont quitté le territoire pour faire des études supérieures rencontrent souvent des difficultés à y trouver un emploi, ce qui entraîne un mouvement permanent de fuite des compétences et favorise le vieillissement de la population. L’économie numérique est un formidable outil qui enraye ce phénomène.

Les revenus générés par la location de cet espace sont venus combler de manière non négligeable la baisse budgétaire provoquée par le désengagement financier de l’État.

De même, le Numéripôle accueille un centre de formation ouvert à toutes et tous. Équipé de 12 ordinateurs et d’un tableau numérique…, ce lieu permet au public d’être formé dans des conditions idéales. Un large panel de formations est proposé, accessible à tous, que l’on soit débutant, initié ou expert. Grâce à Internet et la visioconférence, des intervenants « en ligne » dispensent des enseignements, des conférences. De quoi atténuer, voire éliminer, les inégalités spatiales dont souffrent souvent les habitants des territoires ruraux.

Enfin, pour la municipalité, « le Fab-Lab participe de la réappropriation des technologies par les citoyens. Il les démystifie, en facilite le décryptage et permet, par une meilleure compréhension de leur fonctionnement, de les remettre au service des utilisateurs, pour la satisfaction de leurs propres besoins. Il intensifie la faculté du numérique à élargir les capacités de participation et d’intervention des citoyens sur leur quotidien, leur environnement immédiat, leur espace de vie. ». C’est pour cette raison qu’elle en a installé un au cœur du Numéripôle.

Des services qui rapprochent les citoyens de l’administration

Julien Didry en est convaincu, « la commune est l’échelon de proximité par excellence ». Et l’édile d’ajouter « nous nous sommes appuyés sur le numérique pour répondre à toutes les attentes des habitants et du numérique ».

Ainsi, avec l’application pour téléphones mise en place par la mairie, les résidents sont informés de tout ce que les élus décident et sont par ailleurs appelés à participer à la prise de décision. La population peut en effet intervenir sur l’ordre du jour du conseil municipal. Chaque citoyen peut, dans un seul document partagé et disponible en ligne, poser des questions ou réagir. Et le maire de conclure, « avec tous les services numériques nous sommes ouverts 24 heures sur 24. »

À Bras-sur-Meuse, le numérique est aussi au service de l’histoire et de la réhabilitation des bâtiments, s’inscrivant pleinement dans la réalité. Ainsi, pendant plusieurs années, la demande de rénover l’ancien lavoir pour une utilisation culturelle se répétait, mais les contraintes budgétaires ne permettaient pas d’y accéder. Ni une ni deux, unsite Internet dédié à cet enjeu était créé et offrait la possibilité à tous les Brasiliens de donner, non pas de l’argent, mais du temps de main-d’œuvre. Cette opération a rencontré un véritable succès.

Une politique numérique reconnue par tous

Étape du MAIF Numérique Tour en mars 2018, Bras-sur-Meuse a récemment décroché le statut de lauréat « Numérique et services » lors de la première édition du Grand Prix des Maires organisée par RMC en partenariat avec l’Association des maires de France. Une nouvelle consécration pour le village, qui, décidément, remporte toutes les médailles numériques.

Par Anna Mélin